Le parrainage d'enfants en Communauté française

Charte - Cliquez sur le lien ci-dessous pour ouvrir le fichier

charte 08.pdf


LE PARRAINAGE D'ENFANTS EN COMMUNAUTE FRANCAISE

AVANT PROPOS

Le parrainage d'enfants en Belgique se trouve à un tournant de son histoire.

Inscrit dans notre culture, le parrainage a été repensé il y a 20 ans par la mise en place
d'une pratique innovante répondant aux changements de la société, de la famille afin
d'apporter, en partie, une réponse à la fragilisation du lien social. Selon Catherine
Sellenet*, celui-ci est aujourd'hui électif, il devient par le même fragile mais également
librement consenti. Les familles monoparentales, en nombre croissant, ont besoin d'être
aidées, de s'appuyer sur des relais extérieurs. Les parrains jouent, dans ce contexte, un
rôle de suppléance. A la problématique de la précarité des familles vient s'ajouter la
situation des enfants qui vivent en institutions confrontés à des liens familiaux distendus
voire à une absence de lien.

Cette pratique s'est propagée et répond de nos jours, on ne peut mieux, à une réalité de
terrain.

Les services de parrainage exerçant en Communauté Française se sont rencontrés afin de
mettre en commun leurs pratiques, leurs fondements et de tenter d'instituer un cadre de
référence au parrainage et répondre au questionnement qu'un tel projet peut susciter.

C'est au travers d'une reconnaissance politique plus large qu'il sera possible de nous faire
connaître auprès du public et de répondre aux demandes de parrainage sans cesse
croissantes, ceci en offrant un maximum de garanties.

Le parrainage est une forme de solidarité instituée, un projet particulier qui mérite une
démarche spécifique d'encadrement. Le parrainage existe de façon multiple et répond à
une réelle demande des parents, du secteur social et judiciaire.


DEFINITION

« Le parrainage d'enfants est la construction d'une relation affective privilégiée instituée
entre un parrain et un filleul. Il prend la forme de moments partagés. Il repose sur des
valeurs d'échange, de réciprocité, d'enrichissement mutuel et sur la confiance. Il est fondé
sur un engagement volontaire. Il se met en place dans l'intérêt de l'enfant (dont l'avis est
sollicité) à la demande des parents ou autres titulaires de l'autorité parentale. » (UNAPP,
Union Nationale des Associations de Parrainage de Proximité - France)

*Catherine Sellenet : psychologue, sociologue, professeur d'université en sciences de
l'éducation, chercheur au CREF et directrice du CREC. Auteur de nombreux ouvrages
dont le « Parrainage de proximité pour enfants » (Harmattan, 2006).

Il se concrétise généralement par un accueil au domicile du parrain durant les périodes de
week-ends et de vacances scolaires.

Le parrainage peut donc être qualifié comme une attention portée à l'enfant dans le respect
de l'autorité parentale.

Il s'inscrit dans une démarche volontaire, à long terme qui se construit au travers
d'accueils ponctuels mais réguliers qui peut évoluer selon les besoins de l'enfant. Il fait
donc preuve de souplesse et d'adaptabilité afin de favoriser la pérennité du lien. Il n'est
jamais envisagé comme une réponse à une situation de crise, dans l'urgence.

Les parrains sont bénévoles et informés des implications du parrainage, du respect de la
place et de la vie privée de chacun. Selon Catherine Sellenet, le bénévole est celui qui
s'engage, de son plein gré, de manière désintéressée, dans une action, au service de la
communauté.

Tous les partenaires (enfant, parents, parrains, professionnels), préalablement informés et
concertés, doivent adhérer, sans contrainte, au parrainage pour garantir sa réussite. Il est
malheureusement parfois impossible d'obtenir l'adhésion des parents quand il s'agit d'un
enfant vivant en institution. Le parrainage est donc exceptionnellement mis en place sans
celle-ci en accord avec les services de protection judiciaire.

Un climat de confiance est essentiel à la construction du parrainage. Celle-ci n'est pas
simple à gagner, ni à maintenir, l'association joue le rôle de tiers garant. La confiance
implique la réciprocité et donc un intérêt conjoint dans la coopération.

Le parrainage est « un outil de prévention à part entière, favorisant la création des liens
sociaux d'un enfant en soutien d'une autorité parentale non disqualifiée » (Marie-
Dominique Vergez, présidente du tribunal pour enfants de Créteil).


OBJECTIFS

L'objectif principal est de contribuer au développement psycho-social des enfants par la
création de liens sur le modèle de la vie familiale.

Les enfants ont l'opportunité de partager des moments de détente, d'être confronté à
d'autres modes de vie et d'étendre leur réseau de relation.

Le parrainage est souvent vécu par l'enfant comme une « bulle d'oxygène » et lui permet
de prendre une certaine distance par rapport à sa réalité quotidienne. Il y voit des moments
d'amusement et la possibilité de nouvelles rencontres, expériences.

Il contribue également à lutter contre l'isolement social et de façon plus indirecte, il est un
soutien à la parentalité. Ainsi les parents ont la possibilité de « souffler », de se sentir
soutenus et écoutés dans leurs problématiques personnelles sans être jugés ni mis à l'écart
de leurs rôles parentaux.

Ces objectifs ne peuvent être rencontrés que dans un engagement de longue durée.


LES PARTENAIRES

Les enfants parrainés

Ces enfants vivent soit dans leur famille d'origine soit en institution.

Le parrainage n'est pas réservé uniquement aux enfants relevant de l'Aide à la Jeunesse.
« L'enfant parrainé n'est pas un enfant en danger mais un enfant qui se situerait plus
volontiers du côté du manque, manque de stimulations culturelles, d'attention, manque de
ce que nos représentations actuelles estiment devoir être dû à l'enfant » (C. Sellenet).

Le point commun à ces enfants est qu'ils ont vécu des séparations, des ruptures de liens.
Le parrainage s'inscrit donc dans un contexte de délitement des liens familiaux, de la
fragilisation du lien affectif et social.

Les enfants vivant au sein de leur famille d'origine

Ces enfants sont issus de familles, majoritairement monoparentales.

Ces familles connaissent des difficultés diverses : financière, sociale, psychologique, de
logement, etc., s'imbriquant le plus souvent les unes aux autres.

La démarche de ces parents est soit spontanée, soit initiée par un service social tels que les
SPJ, SAJ, COE, SAIE, Centre de Santé Mentale, Maison d'accueil pour femmes, CPAS,
AMO, etc..

Ils viennent accompagnés ou non, avec leurs difficultés, leurs attentes et leur envie d'offrir
davantage à leur enfant.

Le parrainage est prioritairement envisagé pour l'enfant mais apporte de manière indirecte
un soutien aux parents. Les parents motivent leur demande sur ces deux axes, l'un orienté
sur leur enfant et l'autre plus personnel.
Il est, néanmoins, important que les parents puissent différencier leurs propres besoins de
ceux de leur enfant afin de donner au parrainage un sens en fonction de celui-ci et pas
uniquement comme une réponse à leurs difficultés.

L'engagement volontaire du parent permet à l'enfant d'investir cette autre relation, cet
autre espace de vie, sans, pour autant, mettre en péril sa loyauté vis-à-vis de ses parents.
Selon l'âge de l'enfant, son avis est sollicité après avoir évalué avec lui ses attentes et sa
représentation du parrainage.
Le projet se fait également en étroite concertation avec les partenaires sociaux entourant la
famille de l'enfant.

Les enfants vivant en institution

Le projet de parrainage est souvent envisagé suite au constat que l'enfant n'a pas
suffisamment de relations affectives et sociales privilégiées de type familial avec tout ce
que celles-ci représentent pour le bon développement de l'enfant. En effet, l'institution ne
peut pas répondre à elle seule aux multiples besoins de l'enfant.

Chaque situation est unique et le parrainage est envisagé prioritairement en fonction des
liens de l'enfant avec sa famille d'origine, de son projet individuel, de ses besoins, de sa
capacité d'investissement et d'attachement.

Le parrainage est donc un projet spécifique et ne peut pas être envisagé pour tous les
enfants.

Les parrains

Les parrains ont envie de partager des moments de leur vie avec un enfant qui n'a pas les
« mêmes chances » que d'autres, dans un cadre de réciprocité, d'enrichissement mutuel et
de tolérance.

Ils font preuves d'empathie vis-à-vis des conditions de vie de l'enfant et de sa famille
d'origine.

Ces personnes sont seules ou en couple, avec ou sans enfant, de tout âge et vivent en
Belgique. Ils viennent d'horizons et de milieux différents. Cette diversité fait la richesse
et la qualité des parrainages

Leurs motivations sont diverses, celles de créer des liens affectifs, échanger, donner à un
enfant l'opportunité de découvrir d'autres milieux sociaux, culturels, d'autres repères,
d'autres enjeux.

Le parrainage rassemble l'adhésion de tous les membres de la famille candidate au
parrainage dans un souci de préserver l'équilibre familial.

Les services sociaux et de l'Aide à la Jeunesse

Face aux problématiques de chaque enfants ou parents, ces services, dans le cadre de leur
prise en charge, envisagent le parrainage.

Après un travail de réflexion avec les parents ou l'équipe éducative de l'institution, ils
introduisent une demande auprès du service de parrainage. Le plus souvent, ils
accompagnent les parents dans cette démarche et un travail de collaboration s'installe afin
de veiller à l'adéquation des différentes aides apportées à la famille.

Ces services sont très divers et relèvent ou non du secteur de l'Aide à la Jeunesse.
Tout service en contact avec une population précarisée peut envisager le parrainage comme
un soutien à celle-ci.


MODALITES DE MISE EN OEUVRE

Les services de parrainage ont pour mission :

1. L'information, l'appréciation et la sélection tant du côté de la demande que des
parrains candidats au parrainage, ainsi que la préparation à la rencontre.

L'information permet aux différents partenaires de réfléchir à leur engagement et à ses
implications.
L'appréciation se fait au travers de rencontres, d'entretiens et de visites chez les parrains.
Le service évalue l'intérêt du projet pour l'enfant avec les adultes qui en sont responsables,
un examen psychologique individualisé est réalisé dans certains cas. Enfin, il s'agira
d'établir l'adéquation de l'offre et de la demande de chacune des parties.
Cette démarche s'inscrit dans un cadre social où il est demandé au parrain de fournir
certaines garanties (extrait de casier judiciaire modèle II et différents documents selon les
services).

2. La mise en place du parrainage.

Suite à la préparation des partenaires, une première rencontre a lieu entre l'enfant et son
parrain.
Si l'engagement est consenti par tous, les différentes modalités pratiques sont convenues
d'un commun accord entre les partenaires (rythme des rencontres, transport, hébergement,
etc.) et sont co-signées dans une convention détaillant les engagements de chacun. Cette
convention a pour objectif de définir le cadre afin de favoriser la continuité et la stabilité
du parrainage dans l'intérêt de l'enfant. Chacun s'engage en toute connaissance de cause.

Le travail se réalise dans le respect de l'histoire de l'enfant, de sa famille, au travers du
secret professionnel partagé. Un maximum de transparence et de communication sont
essentielles à la bonne marche du parrainage pour éviter les malentendus et pouvoir
décoder au mieux les comportements de l'enfant. Cela implique des conditions de
confiance réciproque.

3. Le suivi du parrainage

Le service assure l'accompagnement du parrainage tout au long de celui-ci par le biais de
rencontres, d'entretiens et de contacts téléphoniques de façon intensive la première année
et progressivement de façon plus souple lorsque la bonne évolution du parrainage le
permet.
Il est impératif de maintenir un contact régulier afin de pouvoir intervenir en cas de
nécessité.
En cela, le service de parrainage assure la place de Tiers dans la relation parents-parrains
ou institution-parrains afin de favoriser un espace de parole et de réflexion autour des
difficultés et conflits éventuels.

Ce suivi se réalise auprès de tous les protagonistes et en concertation avec les différents
services sociaux ou judiciaires accompagnant l'enfant et ses parents.
Le parrainage, tel qu'il est envisagé ici, est un projet particulier qui nécessite
l'encadrement par des professionnels ayant une connaissance approfondie des implications
du parrainage dans la vie de l'enfant, des parents et des parrains.

4. La diffusion du parrainage auprès du grand public, des professionnels, des parents,
des pouvoirs politiques, etc.

Les campagnes d'information sont indispensables pour le recrutement de nouveaux
candidats au parrainage.
De même, les services intervenant dans le secteur de l'aide à la jeunesse, les services de
consultations, d'hébergement, … doivent être informés des pratiques de parrainage, de ses
limites, indications et contre-indications.
Il convient aussi de diffuser de l'information vis-à-vis des décideurs politiques.

Le parrainage d'enfant doit trouver sa place dans l'esprit du citoyen belge, des
professionnels, des politiques, comme l'ont fait en leur temps les autres types d'accueil
(l'adoption, l'accueil d'urgence, l'accueil à long terme, etc.) et sans confusion aucune.

A la date du 18 janvier 2008, les associations suivantes adhèrent à ce texte :

  • « Service Laïque de Parrainage » ASBL, rue Blanche, 29 à 1060 Bruxelles
  • « Parrain-Ami » ASBL, avenue des combattants, 40 à 1340 Ottignies
  • « Un Parrain pour grandir »ASBL, rue Hors Château, 59/2 à 4000 Liège
  • « Familles Relais » CCSJ Namur ASBL, bd de la Meuse, 111 à 5100 Namur
  • « Au fil du lien » ASBL, Trou du Bois, 55 à 4652 Xhendelesse